Recettes végétales
CARNET
MAYA HAYUK
henne
IMG_2839
petit déjeuner sain

RECETTES INSPIRATIONS 

Les autres articles:

L'ALIMENT EST-IL VERITABLEMENT MON MEDICAMENT ?

« Que ton aliment soit ton médicament. »

L’alimentation est-elle LA solution comme nous le dit si bien ce dictons d'Hippocrate de Cos, le père de la médecine ?

Face à cet engouement accru des médias, des blogs, des livres pour l'alimentation saine, il est aisé de ne plus douter du rôle de la nourriture dans notre santé .

Dans un sens je soutiens cette pensée, dans une autre perspective je la trouve limitée, voir dangereuse. Voyons pourquoi.

L'aliment est-il vraiment mon médicament ?

L'alimentation est effectivement mon médicament.

Il est n'est plus à démontrer que ce que nous mettons dans le corps, les aliments que nous ingérons, ont une conséquence sur notre santé.

D'un point de vu qualitatif et quantitatif.

« Tout est poison et rien n’est sans poison; la dose seule fait que quelque chose n’est pas un poison. » Paracelse

L'objectif premier de l'alimentation est d'apporter au corps la matière première afin de créer de l'énergie pour vivre.

Cependant, nous nous nourrissons également afin d'apporter le materiel nécessaire au bon fonctionnement de nos métabolismes et pour aider la régénération de notre organisme.

A ce titre nous avons besoin de Macro-nutriments (Lipides, Protéines et Glucides) mais aussi d'une multitude de Micro-nutriments (Minéraux, Vitamines, Oligo-éléments, Enzymes, Anti-oxydants etc.). Ces micro-nutriments sont absolument essentiels au bon fonctionnement de notre corps, et sont très fragiles à la chaleur, à la lumière et à l'oxygène. Ainsi, la qualité des aliments que nous choisissons, la manière dont ils sont conservés et la manière dont nous les cuisinons importent beaucoup. Notez par exemple que les enzymes ont une activité optimale en dessous de 48° et disparaissent peu à peu après. Il y a destruction de certaines vitamines à partir de 60°. Aux alentours de 100° les minéraux se précipitent de deviennent inassimilables. Ainsi, on comprend mieux pourquoi la source de l'approvisionnement et le mode de préparation importent.

A contrario, certains aliments qui ont subit une transformation ou bien une adjonction d'additifs, de pesticides ou d'engrais peuvent devenir nocifs pour le corps. En effet, nous savons par exemple aujourd'hui que les pesticides sont acteurs dans plus de 10 types de maladies ( voir l'article complet ici ). Les additifs qui apparaissent sur les étiquettes alimentaires sous leur nom de code européen à 3 chiffres précédés du E : E 100, E 250, etc. Derrière cette dénomination abstraite se cachent des colorants, des conservateurs, des exhausteurs de goût, des antioxydants… nous savons que certains additifs sont cancérigènes. Par exemple, le caramel de sulfite d’ammonium (E 150d) que l’on retrouve dans les sodas, les bières ou des plats préparés sont suspectés de favoriser des cancers. Il y a aussi les phosphates (antioxydant, acidifiant), utilisés dans les produits laitiers, les soupes, les sodas mais aussi en tant qu’agent de texture dans les produits fromagers, les pizzas, les charcuteries, les nuggets de poulet… Un excès de phosphore serait associé à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, osseuses et rénales.

Autant d'exemples qui soulignent l'importance de choisir des aliments de qualité et de soigner les préparations et conservations. Les aliments de qualité c'est quoi ?

A mon sens se sont des aliments non transformés, principalement bio ou locaux (voir l'article complet ici), de préférence de saison. Variez et choisissez des cuissons douces (voir article sur les cuissons ici), du cru, du lactofermenté, des aromates, des épices et des huiles de premiere pression à froid. A chacun de connaitre ses besoins en fonction de sa constitution, de son rythme de vie et de l'environnement dans lequel il évolue.

« Ce qui est une nourriture pour l’un, est un poison pour l’autre. » Paracelse

L'aliment est-il vraiment mon médicament ?

Au delà de l'aliment, c'est la manière dont je digère qui importe

Voici qu'arrive une subtilité : celle de la digestion.

Cela signifie qu'il ne suffit pas de manger des aliments qui cochent toutes las cases. La notion d'individualisation rentre en jeu ici.

En effet, au delà de la nature des aliments, c'est leurs comportements dans nos corps qui comptent.

Il y a 3 étapes indispensables à une nutrition optimale :

1) La destruction / transformation

2) L'absorption dans la lymphe et le sang des molécules

L'assimilation 3) au niveau cellulaire des molécules.

La manière dont nous digérons apportent soit de l’énergie, soit des toxines néfastes pour notre santé. En fonction de notre terrain, notre capacité à digérer certains aliments différent. D'où l'importance de l'individualisation.

Ainsi, vous l'aurez compris, un régime ne peut satisfaire tous les individus singuliers que nous sommes. Il en ai de même pour un aliment faussement miraculeux donc.

C'est d'ailleurs la pensée qui domine en médecine traditionnelle chinoise et Ayurvédique.

Ainsi, on comprend mieux pourquoi il y a tant de régimes différents qui vouent leurs méritent, celui qui conviendra à l'un ne conviendra pas à l'autre.

Se nourrir : un acte social et politique !

Par ailleurs, nos choix alimentaires déterminent à plus grande échelle quel système nous souhaitons encourager, quelle filière économique nous voulons enrichir, quelle terre nous voulons laisser à nos enfants.

Bien manger, n’est pas seulement nécessaire pour nous. Bien se nourrir est une priorité pour la planète et ses hommes.

Nous sommes les acteurs du changements, ne l'oublions jamais.

L'aliment est-il vraiment mon médicament ?

L'énergie peut-elle avoir une autre source que notre assiette ?

Cependant, la nourriture « aliment » n’est pas la seule à choyer.

Comme je le répète souvent, la santé c’est la libre circulation de la vie sur tous les plans de l’être.

Le plan physique mais pas que !

Il y a aussi le plan énergétique, émotionnel, mental, spirituel et planétaire.

C'est la vision globale que nous appelons "holistique". C'est cette approche que je trouve la plus juste afin de vivre une vie épanouie, en santé.

N'avez-vous jamais ressenti l'élan vital à l'issu d'une baignade dans l'océan ?

N'avez-vous jamais ressenti cette source de vie à l'issu d'une bonne soirée entres amis, où la joie était au coeur de l'échange ?

N'avez-vous jamais ressenti cette puissance de vie à l'issu d'une balade à cheval ?

N'avez-vous jamais ressenti cette étonnante énergie qui vous empresse lors d'un projet qui vous tient à coeur ?

Par ailleurs, comment expliquer que certains peuples (je pense aux Inuits par exemple), ou que certaines personnes, qui mangent peu d'aliments variés, mais qui vivent proche de la nature et de ses rythmes, ne font apparaitre aucune carence ? Le corps a une capacité d'adaption insoupçonnée.

Alors, à mon sens l’alimentation est LA solution, si nous gardons à l'esprit qu'il est nécessaire de nourrir tous ces plans de l'existence (Physique, Energétique, Mental, Emotionnel, Spirituel et Environnemental). Et surtout, qu'il est indispensable de garder le plaisir et la joie qui nourrit le coeur.

Car comme le dit si bien, l'un de mes professeurs Daniel Kieffer "On digère aussi bien avec son ventre, qu'avec son coeur".

Ainsi, si je parle autant de nourriture physique, c’est que c’est l’une de mes passions.

Elle nourrit mes besoins créatifs, me relie à la terre, m’ancre dans la matière, me permet de côtoyer des agriculteurs authentiques, des commerçants passionnées, des goûteurs généreux. Elle me permet de partager, de relier, de tisser du lien.

Mais je n’en n’oublie cependant pas que ce n’est pas LA solution à tous les maux.

plongeons à l’intérieur cultiver tous les jardins qui ont besoin d’attentionAlors, , nous en récolterons de nombreux fruits nourriciers pour nous-mêmes et les autres.de nous mêmes et mettons nous en oeuvre pour

A vos tabliers,

Et à vos sourires,

Chaleureusement,

Camille

Sources:

https://www.lanutrition.fr/les-news/10-dangers-averes-des-pesticides

https://www.lanutrition.fr/loeil-de-thierry-souccar/22-additifs-qui-nont-rien-a-faire-dans-nos-assiettes

Daniel Kieffer, L'homme empoisonné - Cures végétales pour libérer le corps et l'esprit.

Lerner A, Matthias T. Changes in intestinal tight junction permeability associated with industrial food additives explain the rising incidence of autoimmune disease. Autoimmun Rev. 2015 Feb 9. pii: S1568-9972(15)00024-5. doi: 10.1016/j.autrev.2015.01.009.

Csáki KF. Synthetic surfactant food additives can cause intestinal barrier dysfunction. Med Hypotheses. 2011 May;76(5):676-81. doi: 10.1016/j.mehy.2011.01.030.

Glynn A, Igra AM, Sand S, Ilbäck NG, Hellenäs KE, Rosén J, Aspenström-Fagerlund B. Are additive effects of dietary surfactants on intestinal tight junction integrity an overlooked human health risk? - A mixture study on Caco-2 monolayers. Food Chem Toxicol. 2017 Aug;106(Pt A):314-323.​